7 bonnes raisons de vous débarrasser de vos crédits !

credits

Prendre un crédit, c’est mettre une hypothèque sur sa vie

C’est le 30 du mois et José se précipite sur le distributeur à billets pour tenter de retirer un peu d’argent afin d’acheter de la nourriture, sinon il est « mort ». Avec 1300 € de salaire il rembourse plusieurs crédits chaque mois et son découvert ne suffit plus depuis longtemps. Cette réalité est vécue par des milliers de personnes à travers le monde. Malgré des revenus, malgré que la richesse soit dégoulinante tout autour de nous, des millions de familles se retrouvent prises à la gorge tous les mois parce qu’ils croulent sous les crédits.

Véritable fléau des temps modernes, le crédit dit « à la consommation » a explosé, s’auto-nourrissant lui-même, à savoir que la personne emprunte pour rembourser son précédent crédit. Cela peut durer toute une vie et détruire complètement une famille.

L’histoire commence toujours de la même manière. On a un revenu fixe alors on devient le client idéal de la société de crédit. Tout est fait pour nous convaincre que ce ne sont que de tous petits remboursements mais qui vont pouvoir nous permettre d’acquérir l’objet de nos envies ou nous dépanner pour payer une grosse facture. Une fois pris au goût de cette facilité, beaucoup cèdent à l’appel des sirènes. Le problème c’est qu’au premier souci qui touche à leurs revenus la base de calcul des remboursements bascule et le consommateur avec.

Bien souvent comme les personnes n’attachent pas une réelle importance à suivre leurs comptes, par manque d’éducation, par dépit ou pire en pratiquant la pensée magique, il arrive ce qui doit arriver. C’est alors l’engrenage vers le recouvrement, les huissiers, la justice, la banque de France (pour la France), voir la ruine…

Les crédits à la consommation font partie du quotidien, ils sont devenus les ressources de survie de millions de personnes

Tout doucement mais efficacement, le système bancaire a mis des produits appelés « crédit à la consommation » pour palier à l’appauvrissement monétaire des populations occidentales. Je ne parlerai que de celles-ci ne connaissant pas les autres. Bien évidemment cela n’est pas présenté sous cet aspect, mais plutôt du genre :

« demandez la somme de votre choix

et concrétisez vos projets ! »

Le tout à des taux de moins 4 % qui se transforment en réalité à du 17 % l’an, le piège se referme alors avec des intérêts qui prennent presque la moitié des remboursements mensuels.

Si nous avions besoin de nous convaincre de la réelle suprématie bancaire dans nos vies, il suffirait de lever le tapis de ces crédits à la consommation pour nous en persuader, et c’est ce que je vous propose de faire maintenant.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes ! Avec 1 dossier de surendettement toutes les deux minutes en France on mesure la gravité de la situation économique de la population.

L’argent, propriété des banques !

Emprunter de l’argent devient accessible au plus grand nombre. A cause du coût de l’argent produit par les banques, le pouvoir d’achat diminue alors la rentabilité exige que des lignes de crédit soient ouvertes aux consommateurs pour leur donner du pouvoir d’achat et ainsi faire tourner le système. C’est de cette manière que nous avons vu fleurir dans les grandes enseignes des services de crédit où avec trois fiches de paies on accède à du crédit de consommation sans trop regarder de près les antécédents du client et ce malgré la loi qui tente de protéger les consommateurs.

Avec ces pratiques commerciales bien rodées, les entreprises survivent elles-mêmes car peu de consommateurs sont en mesure de payer cash leurs gros achats et de plus en plus utilisent leur carte de crédit magasin pour leur nourriture en fin de mois. La pratique du crédit est si j’ose dire « monnaie courante » et c’est là que le bas blesse. C’est là qu’il faut bien comprendre, la quantité d’argent liquide qui circule est la démonstration d’une économie qui va bien car l’échange produits et services contre argent est l’expression des richesses qui se partagent.

Or, le développement du crédit masque la réalité car issu d’aucune richesse créative il œuvre uniquement pour lui-même. Autrement dit, l’argent prêté contre de l’argent en retour nécessite plus de création de services et de produits pour se donner vie, ce que les gens justement ne sont pas en mesure de réaliser puisque c’est la raison qui les fait emprunter. Ce manque de capacité à créer de l’argent dans leur vie les conduit vers la seule solution qu’ils connaissent dans ce cercle vicieux, le crédit. La sagesse biblique interdit de prêter à intérêts c’est pas pour rien !

Le crédit est une source de profit pour les banques car elles puisent dans les ressources humaines de chaque côté de la balance ! Elles fabriquent les billets et se fait payer pour ça. Elles prêtent à tout le monde et font payer des intérêts, donc capitalisent sur le capital emprunté. La boucle est bouclée…

sos euroC’est ainsi que l’on met à jour une réalité frappante, celle de constater combien l’économie est vérolée. Une grande partie de la population n’a plus de réel pouvoir d’achat. Tout a été mis en place pour aspirer les liquidités et ce sont ceux qui ont le moins de revenus qui en font les frais.

Les plus « chanceux » qui ont un peu d’argent sur leur compte bancaire (*en moyenne 2000 € soit 35 milliards d’euros sur les comptes courants français en 2015) hésitent grandement à placer leurs économies sur des produits si peu rentables, préférant garder accès au retrait immédiat en cas de crise. Ils attendent plutôt que d’investir dans un bon crédit immobilier. Tout étant un calcul à moyen et long terme c’est l’ensemble de la situation financière personnelle qui rentre en jeux avec une fiscalité de plus en plus lourde, les plus avisés prennent le temps de la réflexion.

Il existe pourtant des solutions… en commençant par apprendre comment fonctionne l’argent et ensuite à gérer son budget

Mauvaises gestions du budget familiale, accidents de la vie ou comportements à risque, une grande partie des crédits contractés pour palier à un manque d’argent ont conduit plus de 230 000 foyers français en 2015 à déposer un dossier de surendettement auprès de la banque de France alors que cette même année les plus grandes banques de France ont réalisé plus de 8 milliards d’euros de bénéfice (sachant que le bénéfice comptable implique que toutes les charges sont payées).


Alors comment faire ? 

Les 7 bonnes raisons pour vous débarrasser de vos crédits pour :

  1. avoir l’esprit libre

    Emprunter c’est s’engager dans une voie limitative durant une période importante de sa vie. Il est donc important de mesurer cet engagement non seulement sur ce qu’il permet d’acquérir sur le moment, mais également de ce qu’il va entraîner en terme de ressentis. Sachant que nos ressentis entraînent nos pensées et que celles-ci sont créatrices de notre réalité nous avons tout intérêt à ne pas faire de mal crédit, autrement dit de crédit à la consommation.

  2. revenir à votre réalité

    Lorsqu’un besoin se fait sentir sur un achat ou une aide pour palier à un événement important de notre vie, nous avons intérêt à méditer et à décortiquer les raisons de la situation pour mettre à jour notre véritable réalité du moment plutôt que de répondre par la facilité car la réponse donnée coûtera au final bien plus cher que le problème. Il serait sans doute intéressant de demander de l’aide à l’extérieur en cas d’urgence plutôt que de s’enliser dans la solitude.

  3. exprimer votre créativité

    Plutôt que d’emprunter si nous changeons notre perspective face à un besoin d’argent en apprenant à trouver les ressources en nous, nous allons alors donner le pas à notre propre capacité créative. Laisser la place à son imagination et demander à l’Univers de nous aider à voir clair en nous. Ce permettre d’évoluer vers une situation autonome nous donne un sentiment de victoire sur la vie, on a tout à y gagner.

  4. apprendre à vivre autrement

    En prenant de bonnes habitudes. En décidant une bonne foi pour toute de gérer ses comptes, à dépenser différemment, ne pas se laisser happer par les codes sociaux du m’as-tu vu, d’apprendre la comptabilité personnelle et d’utiliser des outils appropriés pour vivre autrement ses ressources on éloigne rapidement de soi le besoin de crédit.

  5. s’épanouir vers soi

    Comprendre que sa relation à l’argent est le reflet de sa relation aux autres et avant tout à soi-même. Savons-nous nous reconnaître pour ce que nous sommes ? Questionnez-vous utilement et repositionnez-vous afin de vous épanouir dans vos relations et en conséquence avec votre façon de travailler votre argent, de l’attirer à vous de la bonne manière, pas par le crédit à la consommation mais par les voies que l’Univers privilégie spécialement pour vous.

  6. apprendre à partager autrement

    Le partage est une notion bien souvent maltraitée car on pense qu’il s’agit de moitié moitié. Le partage plus largement c’est tout simplement donner avec son cœur. Ce peut être son temps, des choses à nous, de l’affection, de l’argent ou les légumes de son jardin. Que ce soit matériel, spirituel ou affectif on ne mesure pas mathématiquement. Pourquoi ? Parce que cela correspond à une loi universelle qui dit que l’on récolte comme on sème (s’aime). Le partage apporte en retour et c’est la source d’une abondance qui nous éloigne de toute forme de manque. Cultivez votre sens du partage en conscience et apprenez à recevoir en retour.

  7. gagner en vibration

    Avoir une haute vibration correspond à des ressentis de très bonne qualité. C’est un entraînement au quotidien, dans l’instant présent qui attire à nous les circonstances de notre prospérité. Ne pas avoir de crédit est un signe de bonne vitalité intérieure. Vouloir se débarrasser de ses dettes, crédits et autres parasites est signe d’un réveil à la conscience qui finira tôt ou tard par vous délivrer. Persévérer dans votre travail intérieur et votre univers personnel se transformera très vite.

L’argent n’est qu’un outil qu’il est grand temps de remettre à sa place

Cet outils, ce sont les banques qui ce le sont accaparés. Les États ont failli à leur mission d’intérêt général. Nous assistons à une gabegie mondiale qui finira tôt ou tard par craquer et c’est tant mieux. Mais en attendant, c’est à chacun-e de nous à prendre nos responsabilités de co-créateurs dans ce monde.

A tous les niveaux de notre vie nous avons le pouvoir du choix. Comment être pour avoir ? Nos pensées vibrent et attirent à nous ce à quoi nous pensons. En étudiant, en se formant et en pratiquant nous transformons notre situation personnelle. Là est la solution à toutes nos difficultés sans exception. Ainsi l’argent ne doit plus être au centre de nos préoccupations car tant qu’il l’est, il nourrit les banquiers !

Que ce soit les crédits à la consommation, l’endettement lié aux accidents de la vie, à la mauvaise gestion ou à un manque de ressources, l’argent est un marqueur qui nous indique où nous en sommes dans notre vie face à nos choix au quotidien.

Si vous êtes conduit à passer par la case banque de France dites-vous que c’est une opportunité pour mettre votre situation à plat et décider de changer vos habitudes. D’aller trouver une formation, un coach ou un stage pour vous aider à voir clair en vous et passer à une autre vibration. Sortez du système !

En apprenant à vivre selon ses réels moyens on conscientise ses limites et cela permet d’aller chercher en soi le potentiel inexploité qui va attirer à soi sa véritable richesse. C’est être authentique au monde et en se respectant l’entourage se transforme tout autant.

Se débarrasser de ses crédits c’est guérir du fléau de l’inconscience collective qui tire la société vers le bas. C’est participer à un virage économique qui veut que chacun puise en lui pour créer de la richesse à partager pour un monde meilleur.

 

*source : Journal Le Figaro (argent 2016)